Blog

Mésaventure à Simandres.

En lisant ce récit d’actualité:

https://m.facebook.com/groups/1430441223837364?view=permalink&id=2864519697096169

… J’ai immédiatement pensé à une mésaventure vécue il y a quelques années, au cours de mon adolescence tranquille et (p)réservée. Vous ne me croirez peut-être pas mais si, ça existe 😁. Imaginez une ado pépère lol! Non, n’imaginez pas, ça fait mal au cœur beurp! 😂

De retour de vacances du camping où nous allions chaque été avec mes parents à Vias dans l’Hérault (je sssens le sssable crisser sssous mes pieds), nous étions sur l’autoroute A7 reliant Marseille à Lyon où nous habitions alors.

Tout à coup, je ne saurai jamais pourquoi, mon père sort de l’autoroute pour rejoindre la Nationale, après Vienne. C’était une sale manie irrationnelle qu’il a eu pendant des décennies 😯.

Et là, à hauteur de Simandres, c’est la panne! Mon père gare la voiture sur le bas côté. La nuit noire. Au milieu de nulle part. Le flip toootaaal!!! Mon père sort voir les dégâts. Un tuyau plein d’essence bricolé a lâché. Pas de chatertone. La loose quoi!

Panikabord! D’abord, c’est l’affolement. Que va-t-on faire? Réponse maternelle: il nous faut un téléphone. A la recherche d’un téléphone secourable, nous nous dirigeâmes d’abord vers la seule maison  »du quartier », au porche allumé. «Bonneus Âmes? Êtes-vous là?»

Après un bref échange avec les occupants des lieux, au lieu de nous prêter assistance, ils se moquent! J’ai été très choquée ce soir-là… Comment vouliez-vous que je ne fusse pas cynique à cet âge en ayant vécu et/ou entendu des horreurs pareilles? 😩

Nous rejoignons la route pour tenter une approche du côté de la station service. Après avoir sonné, le propriétaire lâche son berger allemand sur nous. «Je vais biiieeen tout va biiieeen» dirait Dany de sa voix nasillarde… Hin hin hin!

Heureusement pour nous, ma mère ayant l’habitude des chiens depuis l’enfance, le calme doucement. Il nous suit quelques temps puis revient au bercail. Ouuuf! J’aime les chiens comme tout être vivant, mais pas s’il m’attaque.

Un peu plus tard, ma mère, véritable proue de mon bateau sensoriel, rappelle à l’ordre mon père affolé qui commençait à dériver de fatigue au milieu d’une route empruntée par les fêtards du samedi. Sérieux! À 120 à l’heure, la voiture ne roule plus, elle fait des bonds sur la chaussée!!!

Nous arrivons à attirer l’attention d’un automobiliste, il s’arrête, nous écoute et nous prête son portable. Ma mère appelle mon cousin, Nordine, qui débaroule de Saint-Priest. Jamais je n’ai été aussi heureuse de le voir! J’espère qu’il va bien.

Devinez ce qu’a fait ma mère le lendemain? Elle a acheté un téléphone portable et ne s’en est plus jamais séparé. Lesson one.

Morale de l’historiette: dans ta vie, ne compte que sur toi-même, et si on t’aide, c’est tant mieux! Bénies soient les bonnes âmes 😇. Lesson two.

Encore merci à ce bonhomme 🙏.

Publicités

FLORINASH, pour un foie sain!

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/nash-le-microbiote-intestinal-orchestre-de-la-maladie-du-foie-gras_125864.amp?__twitter_impression=true

J’ai parcouru cet article avec intérêt et grand plaisir. Je me rends compte à quel point les recherches scientifiques actuelles se concentrent sur la flore microbienne intestinale, point d’orgue d’un équilibre vital pour tout organisme terrien.

En effet, beaucoup de maladies sont causées par son appauvrissement, dû à une alimentation saturée en sucres et graisses et un immobilisme patent. C’est un constat évident de nos sociétés sédentaires où règne une inertie coupable.

Le NASH m’intéresse car feue ma mère a eu le foie encombré de graisses, non pas en raison de son mode de vie (même si des fois, je l’engeulais à cause de ses excès, pardon mummy 🙏🙏🙏), mais à cause de l’absorption de substances médicamenteuses, nécessaires à sa survie.

Souvenez-vous bien que votre foie est votre usine chimique en première ligne de tout ce que vous faites entrer dans votre bouche. Autrement dit, en dehors des cas médicaux, vous êtes responsable de son état. Bien souvent, maman avait cette attitude, agaçante pour moi, devant les maladies qui pourrissaient littéralement son être:

Moi je réfléchis différemment. Je veux savoir. Par précaution, j’ai fait un bilan, notamment lipidique, cette année, vu mon âge (43 ans et toutes ses dents) et les antécédents familiaux. J’ai soufflé devant les résultats positifs, comme je soufflerai peut-être mes bougies d’anniversaire si Dieu le veut lol!

Je vous convie à ce petit bilan personnel annuel, surtout passé un certain âge (à la quarantaine, on sent nettement la fatigue corporelle, surtout si on a eu des enfants 😅), afin d’être assuré que tout va bien dans votre corps. Allez-y le cœur et je l’espère, le foie légers!!!

Mieux vaut prévenir que guérir est ma devise en matière de santé. Portez-vous le mieux possible! 🙋😊

Smiile, c’est facile comme un 😊

https://www.smiile.com/petite-annonce/aide-administrative-et-explications-juridiques-albertville-73200-662977

Aujourd’hui, je teste le réseau Smiile pour faire ce que je préfère dans la vie: aider et offrir de petits conseils aux personnes perdues ou perplexes face aux aléas de la vie!

N’hésitez pas à me contacter, je peux peut-être éclairer ce qui paraît obscure lol! 😊

Cancers : Johnson & Johnson condamné pour son talc

https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/07/13/cancers-johnson-johnson-condamne-pour-son-talc_5330649_3222.html

Con-damné… Dédicace à tous ces industriels qui nous empoisonnent sciemment 😡.

Le mot mérite m’irrite.

C’est un mot fréquemment utilisé dans des phrases telles que  »Tu ne mérites pas ça » ou  »Tu mérites mieux »… On me l’a dit récemment.

Mais je n’arrive pas à y souscrire. Selon la définition, mériter c’est être ou se rendre digne de quelque chose ou de quelqu’un.

En somme, le mérite est une appréciation subjective d’autrui, de ce que vous dites faire ou être, apprécié à l’aune d’une situation ou d’un autre être.

C’est un jugement.

Par exemple, si je rends service à quelqu’un et que cette personne me tourne le dos à un moment délicat, on dira que je ne mérite pas cela.

Moi, je crois, que dans l’absolu, le mérite n’existe pas. Il y a des événements qui arrivent dans nos vies, impromptus. À nous de les gérer, seul, c’est tout.

Je crois qu’il faut accepter l’enchaînement des événements qui peuvent bouleverser jusqu’à nos valeurs et notre moral personnel.

Je crois fermement qu’il faut accepter l’autre tel qu’il est, ne pas chercher à le changer et voir si c’est possible de vivre avec. Ou sans. A nous de voir.

Je crois que la dignité ne dépend pas de l’autre. Elle est inhérente. L’autre n’est pas mieux, n’est pas mal, n’est pas bien. Il est. C’est tout.

L’autre est comme moi, comme vous, comme nous tous, il livre des combats intérieurs. Il décide en son âme et conscience du bien et du mal.

On a le droit de croire ou pas.

On n’a pas le droit de juger.

L’inconnu. C’est lui, c’est moi! C’est nous!!!

Le paradoxe, tel qu’il est défini dans les dictionnaires ne m’a jamais paru appartenir autant à ma vie que durant ses huit derniers jours.

Cataclysme!

Vraiment, je me dis souvent à moi-même que le titre de mon blog me sied comme un gant de crin. On frotte ma surface et on creuse. Ça crisse…

Vertiges!

Oui. Depuis huit jours, je me sens prise, emprisonnée dans l’un des cercles de Dante. Plût à l’être supérieur qui régit tout, de m’en sortir prestement!

Imaginez un être dont l’existence est vouée à la simplicité, dont c’est l’unique aspiration, qui se fait aspirer dans un autre monde, revers d’une facette sombre de la société.

Nausées.

Comment gérer cela? Et bien, je vais vous l’écrire. Tout d’abord, je suis celle qui fait face.

A tout. Je n’ai jamais baissé les yeux devant l’abject parce que j’accepte son existence. Même si ça me coûte en larmes, colères et stress.

Ensuite, je suis celle qui agit. Contrairement à l’apathie que j’exècre (oui, je la personnifie), je bouge. Enchaîne!!!

C’est plus fort que moi! C’est un besoin, une nécessité impérieuse qui me remue mes méninges et mes entrailles.

  • Les méninges car je veux savoir, comprendre. Alors, j’analyse tant bien que mal le mal.
  • Les entrailles car je dois bouger, changer, évoluer. Je vous invite à essayer d’en faire de même.

Et comme je suis en paradoxalité, je demeure incomprise de beaucoup. On m’a fait écho de l’étonnement des autres… Ce n’est pas grave. C’est ma vie.

Dans ma tête, il y a tant de choses, d’histoires réelles ou fictives, comme dans vos têtes! Quand j’ai un problème à résoudre, je mobilise toutes mes connaissances et laisse parler mon intuition.

Et advienne que pourra. Moi j’aurais fait mon maximum. Ma seule priorité est de protéger, préserver ceux qui me sont chair: mes trois loulous.

Foi de Nadia, je ne laisserai personne brouiller leur lueur intérieure, assombrir leur candeur par ce qu’il y a de plus sombre dans l’âme adulte.

S’il le faut, je jonglerais avec le feu.

J’éteindrai les braises pour que la fraîcheur sociale apaise mes pensées.

Les êtres de lumière. Confiance. Confidences. Co-existence.

Aujourd’hui, j’ai envie soudaine d’écrire sur une personne de mon entourage, que j’ai appris à connaître et surtout à apprécier. Hier, en me croisant, elle me dit «Tu es belle, tu ressembles à un ange». Les larmes me sont montées, elle avait aussi le regard mouillé.

Un trop plein de sensations qui lient un être à un autre, en profondeur

Voilà quelques jours que j’ai confié à des oreilles discrètes l’entièreté de mon désastre personnel. Non pas pour me plaindre durant des heeeuuures à des oreilles plus ou moins compatis-sentes, non! Mais bien pour avoir des avis, peut-être des conseils… Le choc rend confus.

Et depuis quelques jours, j’obtiens des soutiens, amicaux, parfois familiaux, et surtout des histoires. Ma tête est trop (?) pleine d’histoires à en devenir hystériiiiii iiiiiiiique!!! Keep calm Nounette! Je me rends compte, plus que jamais, à quel point l’humanité est identique et imparfaite et perfectible. Tout à/a la foi!

Même blessures, même ressentis, même empathie!

Des êtres de lumière, il en existe partout. Ils semblent rayonner de positivité. Leur rôle principal, selon mon analyse, est de contre-balancer les êtres ténébreux. Je vous écris, ce jour, quelques mots sur des gens d’une rare sincérité. Comme on a tort de croire qu’elle n’existe pas! Rendez-vous compte!!!

Des personnes entrecroisées sur le fil de nos destins respectifs, qui se livrent à moi comme je le fis, comme des livres de vie que je maintiens sous le sceau de mon esprit scellé. Arrivez-vous à imaginer? On vous confie des instants intimes inestimables? 😳

Et, je vous l’avoue, sans détour, sans fard, ces êtres ont désormais une place particulière en mon âme. Ce sont des femmes, pour la plupart, qui ont souffert, en leur âme et chair (oui 😞😢). Elles se sont livrées, leurs maux a trouvé écho en mon for intéri’or

… Dont cet être de lumière, qui luit quelque part sur cette terre.